Analyses urbanistiques

  • Analyse : Boulevard Saint-Joseph

    Le boulevard commercial Saint-Joseph est au centre de la structure urbaine de la ville. Il forme, à la jonction de l'autoroute, la principale porte d'entrée de la municipalité, voire de la région. L'entrée de ville est cependant marquée par une banalisation au niveau des aménagements; les sorties autoroutières étant les mêmes partout au Québec. De plus, le boulevard Saint-Joseph est victime d'une non planification à l'origine du caractère anarchique des aménagements. Donc, la personnification de l'entrée de ville, la consolidation du noyau commercial, la réduction de l'hétérogénéité et de l'obstruction visuelle ainsi que la mise en valeur des caractéristiques particulières au boulevard sont au centre du concept d'aménagement de l'entrée de ville et du boulevard Saint-Joseph. Il en résulte la création d'un milieu urbain original et de qualité, se distinguant, au niveau des aménagements, des entrées de ville banalisées et des boulevards commerciaux non planifiés.
     

  • Analyse : Rue Sainte-Thérèse

    La rue Sainte-Thérèse se situe dans le secteur Drummondville Sud. La mission consistait à définir la vocation future de la rue Sainte-Thérèse par une analyse urbanistique et commerciale afin de revoir les usages commerciaux actuels de façon à mieux répondre aux besoins de la population environnante. L'environnement de la rue Sainte-Thérèse a énormément changé avec les années. Aujourd'hui, les commerces présents ne sont plus aussi effervescents et dominants et ce, depuis les années 80. C'est en majeure partie en raison du développement tant sur le plan économique que démographique de Drummondville. La croissance de la population, nouveau pôle et structure économique, l'arrivée de l'autoroute 55, etc. explique cette situation. Pour ces nombreuses raisons, elle semble vouée à devenir une rue résidentielle, une « petite rue de quartier ».

  • Analyse : Boulevard Mercure

    Le Commissariat au commerce a été mandaté par la Ville de Drummondville aux fins de réaliser l'étude sur le boulevard Mercure, qui s'avérait à déterminer si la vocation à privilégier devrait aller vers une tangente commerciale ou résidentielle. Celui-ci, pour la présente étude, est divisé en deux sections : le boulevard Mercure, secteur Drummondville et le boulevard Mercure, secteur Saint-Nicéphore. Le boulevard Mercure était voué au départ à devenir un grand boulevard commercial, en raison de sa situation stratégique comme route principale vers Sherbrooke. Au fils du temps, plusieurs commerces ont disparus. L'actuel boulevard Mercure n'est plus qu'une voie de transit locale, un peu trop large, desservant les résidents des quartiers résidentiels environnants et les drummondvillois en général. Il semble que celui-ci soit destiné à devenir une artère résidentielle en grande partie afin de mieux s'intégrer à son environnement actuel.

  • Analyse : Boulevard Lemire

    Le boulevard Lemire fait partie d'un ensemble urbain composé d'un pôle commercial régional (carrefour autoroute 20 et boulevard St-Joseph), d'un centre-ville de biens spécialisés et de services régionaux, d'un important secteur industriel en pleine effervescence (vitrine autoroutière, parcs industriels régional et municipal) ainsi que de quartiers et de banlieues résidentiels issus de toutes les périodes. Le rôle à attribuer au boulevard Lemire se détermine donc par sa localisation dans l'ensemble urbain drummondvillois et c'est pourquoi sa première partie, située entre l'autoroute 20 et la rue Sigouin, a une vocation industrielle de prestige, sa deuxième partie, comprise entre la rue Sigouin et la piste cyclable, un caractère commercial de desserte, et enfin sa dernière partie, entre la piste cyclable et le boulevard Jean-de Brébeuf, une vocation davantage axée sur la consolidation de la fonction résidentielle prédominante. Somme toute, c'est le milieu qui confère au boulevard Lemire sa vocation future.

  • Analyse : Usage bureau

    Décoration bureaux façade

    Les objectifs de l'analyse effectuée par Commerce Drummond consistent à revoir la classe d'usage c2 (commerces de détails et de services) du règlement de zonage de la ville de Drummondville, afin de la rendre plus claire et plus cohérente tout en y dissociant l'usage « bureau ».

    On y décèle actuellement une grande variété de types d'usages autorisés. La consolidation de l'usage « bureau » permettra une certaine cohérence avec le Plan d'urbanisme tout en rééquilibrant l'activité économique et urbaine dans les zones commerciales prévues à cet effet sur le territoire drummondvillois.